Image
certaines rubriques ne sont accessibles qu'aux membres inscrits _______________________________________________________________ certaines rubriques ne sont accessibles qu'aux membres inscrits

L'invention d'Adolphe Sax

Le saxophone a té inventé par Adolphe Sax, nous relatons ici sa biographie non officielle
Verrouillé
Avatar du membre
SaXoBaR
Site Admin
Site Admin
Messages : 705
Enregistré le : 10 janv. 2021 18:05
Localisation : Bayeux
Âge : 73
Contact :

L'invention d'Adolphe Sax

Message par SaXoBaR »

L'inventeur du saxophone s'appelle Antoine-Joseph Sax, mieux connu sous le nom d'Adolphe Sax

Image

Tout commence à Dinant, petite ville blottie contre une falaise sur la rive droite de la Meuse au royaume uni des Pays-Bas (dans l'actuelle Belgique)
Le 6 novembre 1814, Antoine-Joseph Sax, dit Adolphe Sax, voit le jour en tant que premier des 11 enfants de Charles Joseph Sax, facteur d’instruments, réputé pour la fabrication des cuivres mais aussi de bois, de violons et de guitares. Il apporte également diverses améliorations à la harpe et au piano.

C’est donc dans un milieu musical que le jeune Adolphe grandit et fait ses premières expériences. Il fait ses études au Conservatoire de Bruxelles et s’initie à la facture instrumentale dans l’atelier paternel. Héritier de l’esprit inventif de son père, il épouse ses théories fondées sur le rapport des proportions du tube des instruments à vent.

En 1830, alors qu’il n’est âgé que de 15 ans, il présente deux flûtes et une clarinette en ivoire au Concours Industriel de Bruxelles. Quelques années plus tard, en 1838, il apporte des améliorations significatives à la clarinette-basse qui bénéficia d’un son plus harmonieux et put de ce fait être intégrée au groupe des instruments à vent.

C’est un homme d’un esprit pénétrant, lucide, obstiné, d’une persévérance à toute épreuve, d’une grande adresse, à la fois calculateur, acousticien, et au besoin fondeur, tourneur et ciseleur. Il sait agir et penser ; il invente et il exécute.

Son père, Charles-Joseph Sax (1er février 1790-26 avril 1865), est déjà lui-même un facteur d'instruments qui a apporté différentes modifications au cor de chasse.

Biographie

Adolphe Sax commence à fabriquer ses propres instruments très jeune, en présentant deux flûtes et une clarinette à un concours dès l'âge de 15 ans. Il étudie ensuite ces deux instruments à l'École Royale de chant de Bruxelles. Il devient un maître de la clarinette à tel point qu'il est interdit de concours dans son pays.

Après avoir quitté l'école, Sax commence à expérimenter de nouveaux types d'instruments, pendant que son père continue à produire des instruments conventionnels afin de subsister.

Les premières inventions importantes d'Adolphe Sax concernent la clarinette. Dès 1835, Sax propose une clarinette à 24 clés, puis dépose un brevet sur une amélioration de la clarinette basse en 18383. Il dépose un autre brevet deux ans plus tard sur l'extension du registre grave.

Il forme et emploie à Bruxelles pendant 12 ans le jeune Eugène Albert qui développera en son nom propre le système Albert pour les clarinettes en s'inspirant des travaux de son maître.

En 1842, il déménage à Paris et commence à travailler sur un nouvel ensemble d'instruments qui y seront présentés en 1844. Il y a des bugles à touches et, bien qu'il n'ait pas inventé l'instrument lui-même, ses exemplaires sont tellement supérieurs à ceux de ses rivaux qu'ils commencent à être connus sous le nom de cors de Sax ou saxhorn. Ils sont aujourd'hui couramment utilisés dans les fanfares et les orchestres d'harmonie.

Saxophone produit par Adolphe Sax

Adolphe Sax s'occupe aussi de l'invention d'un instrument qui le rendra célèbre, dépose le brevet pour "système d'instrument à vent, dit Saxophone". Il invente un instrument de forme parabolique avec un rétrécissement au niveau du bec, ce qui lui confère des caractéristiques acoustiques inédites pour l'époque. Il présente deux familles ; l'une pour l'orchestre symphonique en Ut et Fa, l'autre en Sib et Mib pour les orchestres militaires. Il spécifie ses intentions dans son brevet : « On sait que, en général, les instruments à vent sont ou trop durs ou trop mous dans leurs sonorités ». Il voulut créer « un instrument qui par le caractère de sa voix pût se rapprocher des instruments à cordes, mais qui possédât plus de force et d'intensité que ces derniers » (Brevet français no 3 226 du 21 mars 1846. Les dossiers originaux des brevets déposés par Sax sont conservés à l'Institut national de la propriété industrielle (INPI)).

Son grand ami Jules Demersseman, flûtiste de renommée et compositeur fécond, compose de nombreuses pièces pour saxophone. Grâce à lui, ce nouvel instrument est mis en valeur et est peu à peu reconnu.

Hector Berlioz écrit favorablement sur ce nouvel instrument en 1842. Berlioz, en outre, compose la toute première œuvre avec saxophone, il s'agit de Chant Sacré pour sextuor à vent. L'instrument n'étant breveté qu'en 1846, après que Sax a dessiné et exposé une série complète de saxophones — du saxophone soprano au saxophone baryton. Ces instruments font sa réputation et lui assurent un poste d'enseignant au conservatoire de Paris en 1857.

Il invente le tuba wagnérien en 1876, à la demande de Richard Wagner qui souhaite un instrument ayant une sonorité entre le cor français et le saxhorn afin de jouer le thème de Walhalla dans sa tétralogie L'Anneau du Nibelung. Sax aurait lui-même donné le nom de tuba wagnérien à son instrument, bien que cette appellation soit peu représentative de l'instrument qui provient plutôt d'une déformation du cor que du tuba.

Sax continue par la suite à fabriquer des instruments, en même temps qu'il dirige la nouvelle classe de saxophone au conservatoire de Paris.

Il meurt en 1894 à Paris et est enterré au cimetière de Montmartre (5e division, avenue Montebello).

Son fils, Adolphe-Édouard Sax (1859-1945), poursuit à Paris les affaires de son père et signe Adolphe Sax fils. Il précise également qu'il est fournisseur de l'Opéra de Paris.

Trois adresses figurent sur ses instruments : 22 rue Milton, 51 rue Blanche et 84 rue Myrha.

Les ateliers et les ouvriers de la rue Myrha sont repris en 1928 par Henri Selmer Paris.

Distinctions

« M. Sax a obtenu une médaille d'argent en 1844, la croix de la Légion d'honneur en 1845, une médaille d'or en 1849, une grande médaille d'honneur, à Paris, en 1855. »

1855 : Adolphe Sax remporte la Grande Médaille d’Honneur à l’Exposition Universelle de Paris pour ses saxophones.
1867 : Le seul Grand Prix décerné à la facture instrumentale à l’Exposition Universelle de Paris est attribué « à M. Sax (Adolphe) pour son génie d'invention dans tous les genres d'instruments à vent, la création de la famille des Saxophones, son système uniforme et régulier de toute la famille des Saxhorns, depuis les plus aigus jusqu'aux plus graves, ses instruments perfectionnés à combinaisons de pistons et de clefs, la variété des dispositions de pavillons pour la production d'effets divers de sonorité, l'excellence de ses cornets de toutes formes et de sa clarinette basse et enfin l'invention et l'excellence de ses timbales sans chaudron ».

Il est Chevalier de l'Ordre de la Couronne de chêne (Luxembourg).
La Maison de Mr Sax
Image

* Principales sources : Wikipédia que nous remercions vivement
Sax ténor Selmer Réf36 Bec Brancher refacé PM, Bec ébonite Saxophone Boutique - ligature ténor PM
Baryton Yanagisawa B901, Bec Larsen - Aérophone Roland - YDS 150 - WX7 - WT11 - Jazz Basse US 68

Image
Verrouillé